Revue de l’actualité sénégalaise pour les non initiés

Que c’est-il passé cette semaine dans le pays, ou plus précisément à Dakar ? Quels sont les titres qui ont fait la une des journaux ? Que devons-nous retenir de l’actualité ? Voici quelques éléments de réponse, en toute subjectivité !

Vous ne serez pas étonnés si je vous dit que l’information primordial du moment était le départ des désormais (presque) célèbres mondoblogueurs venus à Dakar, du 6 au 14 avril dernier. Fait marquant surtout pour les concernés, je vous l’accorde, puisqu’ils ont pu mettre un visage sur un blog et ainsi passer du monde virtuel au monde réel. Je ne reviendrais pas en détail sur le contenu et la teneur de cette formation, car certains l’ont déjà très bien fait jusque là. Allez donc faire un tour du côté du blog de Nicolas Dagenais le montréalo-berlinois  ou de rené Jackson dit le panda, pour en savoir plus sur les aventures des mondoblogueurs à Dakar.

Toujours est-il que le sujet du journalisme citoyen fait des émules, puisque j’ai lu ce matin que l’Institut Panos Afrique de l’Ouest avait lancé mercredi le projet « Médias sociaux et citoyenneté » au Sénégal.

« Il prône l’utilisation des médias pour une meilleure compréhension du monde journalistique dans le cadre de l’information » Binta G. Diatta dans le journal « Grand Place » du 18 avril  2013 n°2208.

J’y voit ici un écho à l’idée qu’est venue nous insuffler la formation : à l’heure du web 2.0 et de l’essor des médias sociaux, nous sommes tous des producteurs d’information potentiels. « Mise en réseau », « mobilisation sociale », « contrôle citoyen de l’information » sont alors les maîtres mots. Et à ce jeu du doit à l’information, l’Afrique n’est pas en reste, comme nous l’ont d’ailleurs prouvés nos chers mondoblogeurs venus du continent. Peut-être parce que certains de ses régimes arrivent à des tournants dans leur processus démocratique et que les journalistes citoyens ont bien compris qu’ils pouvaient se saisir de cette tendance pour avoir leur mot à dire. Alors simple buzz ou véritable révolution ?

N’y a-t’il pas de meilleure preuve sur l’ampleur du phénomène que lorsque les gouvernements, comme celui de Macky Sall s’en saisissent pour « mettre en œuvre une dynamique de développement d’une société de l’information plus inclusive et respectueuse des valeurs humaines » Binta G. Diatta. op.cit ?

Et sans transition, puisque je vous parle de lutte pour la démocratie, il en est une qui tient à cœur de Macky Sall le plus tout à fait nouveau président du Sénégal : la lutte contre les biens mal acquis dont il a fait son credo ces derniers temps. Celle-ci provoque un véritable déferlement médiatique lorsqu’elle s’incarne en la personne de Karim Wade, qui n’est autre que le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, et ancien ministre d’Etat.

Ce dernier à passé les dernières nuits en prison, placé sous mandat de dépôt par la Commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Il est poursuivit en justice pour un « délit d’enrichissement illicite » et devra justifier de l’origine de sa fortune.

Les images de l’ex-héritier du trône réveillé en pleine nuit par la police sont actuellement sur toutes les télévisions du pays. Elles viennent nous rappeler que les places au soleil sont chères et que l’on peut rapidement passer de fils chéri d’un président en exercice à bouc émissaire d’un système corrompu.

Mais lorsque la planète média  ne s’arrête pas de tourner autour du cas de M. Wade, quelques autres brèves de l’actualité apparaissent :

Wally Seck, le fils de la star de la chanson Thione Seck et chanteur à ses heures perdus, se serait fait dépouiller dans le quartier de Grand Yoff au matin du 17 avril. La preuve peu-être que ce genre d’incidents malheureux n’arrivent pas qu’à nous ! A l’heure ou nous concluons, on apprend que cet incident ne serait qu’un coup-monté pour faire le buzz autour de l’anniversaire de la star, prévu dans les semaines qui viennent.Affaire à suivre dans les coulisses de la vie dakaroise! Il me reste encore beaucoup de choses à découvrir, et à vous faire partager! Mais c’est tout pour aujourd’hui. Bonne semaine à tous, où que vous soyez.