1 mars 2017 - pascaline

Recette : mon thiebou dieun sénégalais

Deux ans au Sénégal m‘ont permis d’apprendre à loisir les trucs et astuces de la cuisine sénégalaise. Seulement voilà, mon truc à moi, ce sont les pâtisseries : sucrées, chocolatées, meringuées… J’aime autant les faire que les manger! Mais lorsqu’il s’agit de rester des heures dans la cuisine pour mijoter des plats longs et élaborés, je fuis souvent en cours de route… Aujourd’hui pourtant, j’ai décidé de cuisiner un bon thiebou dieun (dit thièp) sénégalais, le plat national. Extraits.

Le thiep, c’est une affaire de longue haleine ! Une course de fond où les principaux protagonistes seraient mérou/capitaine ou autre poisson sportif, carottes, tomates, patates douces, chou, aubergines, oignon, ail ou encore le piment, clou du spectacle ! Vous inviterez les légumes que vous affectionnez, et vous doserez le piment à votre convenance, étant donné qu’il est plus ou moins apprécié selon les contrées.

Mais le véritable roi de l’arène, comme son nom l’indique en wolof, c’est le thièp, autrement dire, le riz ! Matin, midi ou soir, les sénégalais adorent le riz. Pas étonnant donc que leur plat national porte son nom. On en oublierait presque le dieun, c’est-à-dire le poisson dont l’aura et le charme sont pourtant occultés par le panache du riz. Il faudra le choisir de préférence brisé, car c’est économique et encore meilleur.

Pour accompagner le piment, vous ajouterez du bouillon de cube, sel, poivre, et éventuellement d’autres ingrédients magiques des mamans sénégalaises (poisson séché, bissap, yett…). Le concentré de tomate démarquera le thièp rouge du thièp blanc, bien que ce dernier contienne d’autres ingrédients très appréciés tels que le dakhar (tamarin) et le soul. Mais chacun des deux types de thièp a quand même ses adeptes.

Pour savoir comment organiser tout ce petit monde, vous irez voir quelques recettes dénichées ici et , et vous adapterez en fonction des ingrédients qui vous sont disponibles. N’oubliez pas que l’essentiel de votre recette sera tout l’amour que vous aurez mis dedans! Il existe autant de recettes de thiebou dieun que de foyers au Sénégal, ne vous tracassez donc pas à vouloir réaliser la recette parfaite, car elle n’existe pas. Chaque sénégalais vous dira que le meilleur thièp est celui que sa mère prépare…

Parfait, le mien ne l’est pas, mais j’en suis excessivement fière. A tel point que j’en ai partagé toutes les étapes de sa réalisation avec mes amies sénégalaises. Vous en retrouverez quelques unes ci-dessous, qui pourront vous aider dans le processus laborieux !

  1. Préparez la farce dans un pilon
  2. Farcir le poisson et le faire frire
  3. Coupez les légumes et lavez-les
  4. Faites frire les oignons
  5. Ajoutez le concentré de tomates puis les légumes
  6. Laissez mijoter au moins 1h heure
  7. Cuisez le riz dans le bouillon qui contient tous les arômes du poisson et des légumes

En France, nous cuisinons le plus souvent des plats rapides et simples et nous restons moins d’une heure en cuisine. Au Sénégal, le thiep se prépare presque chaque jour, surtout à Dakar et à Saint-Louis, où les gens en raffolent, et il demande des heures de préparation. C’est lorsque l’on s’y essaie que l’on comprend vraiment la patience des femmes qui le cuisine pour nourrir leur famille.

Une fois terminé, le thiep est traditionnellement servit dans un grand plat commun où chaque convive mangera la part qui se trouve en face de lui. Les légumes et le poisson sont disposés au centre et la cuisinière les répartira entre les invités. Attention, n’allez pas picorer en face de vos voisins, même si personne n’osera vous l’avouer, c’est très impoli !

Bonne dégustation !

Dans les familles musulmanes, avant de manger, on dit bismillah. Chez les chrétiens, on dit souvent le benedicité.

Maintenant, c’est à vous de jouer…

C’est prêt! Crédit photo : Pascaline

The following two tabs change content below.
Apres avoir terminé mes études en Economie Sociale et Solidaire, j'ai décidé de voyager pour aller voir ce que représentent les notions de développement, de bonne gouvernance ou encore de cohésion sociale au Sud de la Méditerranée, en Egypte. Entre Médina et Belle Etoile représente ces ponts tissés entre les médinas (quartiers anciens des villes du Maghreb et de certains pays d'Afrique) du Sud, et les villes du Nord, mais aussi entre le passé et le présent, l'Orient et l'Occident. C'est aussi un clin d’œil a la rappeuse marseillaise Keny Arkana et à son tube "Entre ciment et belle étoile".

Chronique sénégalaise Cuisine / Plat national / Poisson / Recette / Riz / Sénégal / Traditions /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *