Le romantisme à la marseillaise

Article : Le romantisme à la marseillaise

Le romantisme à la marseillaise

Dimanche, j’étais d’humeur romantique… J’avais envie d’écouter des chansons arabes à l’eau de rose en mangeant des loukoums et en lisant les contes des Mille et une nuits. Vous l’aurez remarqué, mon séjour en Egypte aura laissé des traces sur mon sentimentalisme. Seulement voilà, dans ma citée phocéenne bordant la Méditerranée,  je vis chaque jour des moments de poésie d’un autre genre… Instants choisis.

Dimanche, je suis sortie, avec mon vieux legging et mon t-shirt à l’effigie de Côte d’Ivoire tourisme taille XXL arboré fièrement, pour rejoindre le parc du 13e (arrondissement) où je vais habituellement courir.  A peine avais-je passé le boulevard National, qu’un bougre m’interpellait devant son groupe d’amis, pour qualifier les guenilles qui m’habillaient de « tenue sexy ». Je me suis promis de relater ici l’évènement, pour prouver à l’Office du tourisme de Côte d’Ivoire que je relevais brillamment le défi d’ambassadrice dont ils m’avaient affublé, au même titre que les autres mondoblogueurs présents à Abidjan.

Crédit photo : Carmen Rodriguez, FlikR, 2013
Crédit photo : Carmen Rodriguez, FlikR, 2013

Je continuais donc mon chemin en ayant l’impression de frôler les podiums d’un grand défilé Chanel. Je vous l’ai déjà dit, Marseille est magique, elle transforme les vieilles Nikes de Cendrillon en escarpins Louboutin en un tour de main. Mais comme mon carrosse était en retard, j’ai pris le bus 34 pour rejoindre le parc du Merlan.

A l’arrêt de bus, deux jeunes hommes du quartier à l’éloquence sans pareil discutaient entre « hommes » de leurs préoccupations du moment, en oubliant ma présence.

 

 

–          « Tu as vu la gadji* dans la smart ?!!!!

–          « Ouaiiii, putain, il faut que je baise… »

*vocabulaire d’usage à Marseille pour désigner une jeune fille

Quelques instants plus tard, dans le métro, deux jeunes gens « Bon Chic, Bon Genre » s’assirent à mes côtés. Mais leur ramage ne se rapportait en rien à leur plumage, et les trois phrases qu’ils échangèrent les firent passer du statut de Phénix à celui de corbeau.

–          « Tu l’as vue, la fille ? »█

–          « Ouais, elle avait tout ce qu’il faut là où il faut ! (Rires) »

–         « C’était pas dans son cerveau, c’est sûr ! »

Puis, arrivée enfin chez moi, j’entrais dans l’ascenseur de mon immeuble. J’allais enfin pouvoir me laisser aller à la rêverie, en oubliant (un peu) la brutalité du monde extérieur. Seulement voilà, une dernière épreuve m’attendait avant de pouvoir atteindre mon havre de paix.

Un jeune homme visiblement en mal d’amour me questionna dès la première seconde ou je franchissais la porte :

– « étudiante ?

– « Non. »

– «Tu travailles où ?»

– « A Marseille »

– « Ça fait longtemps ? »

– « Non… »

J’arrivais enfin à mon étage… Je croyais pouvoir m’extirper de cette conversation peu constructive. Malheureusement pour moi, mon interlocuteur aussi habitait au sixième étage ! Je n’avais alors pas mis un pied en dehors de la cage d’ascenseur, qu’il se présentait à moi, me serrait la main, et arrivait à sa porte…

Je venais enfin de mettre un visage sur le voisin dont la musique faisait saigner mes oreilles et dont les basses faisaient trembler mes cloisons, depuis maintenant des mois.

-Ah ! (lui dis-je étonnée) C’est toi, le voisin qui fait du bruit ?!

(il me répond, encore plus interloqué) – Euh… C’est toi, le mot dans ma boîte aux lettres !

Les présentations étaient faites !

Puis, sans transition :

–          « Tu fais quoi ce soir ? »

–          « Je sors…  Et, euh…ensuite… je cherche une excuse pour me  sortir de cette situation embarrassante »

–          « Viens dîner, on fera connaissance… »

–          … ?!!!????

Je me suis alors demandé si, ne serait-ce qu’une seule fois dans la vie du pauvre maladroit, sa technique avait pu fonctionner. Je préfère ne pas connaître la réponse et croire encore qu’il reste un peu de poésie dans ce monde.

Hier, j’étais d’humeur romantique… Je suis donc retournée écouter mes chansons arabes à l’eau de rose et lire mes contes des Mille et une nuits.

Partagez

Commentaires

RitaFlower
Répondre

Ces minis-dialogues sont cultes,entre attaques sexistes,machistes,misogynes et violences verbales.Personne ne sait comment réagir en pareilles circonstances.On n'est partagé entre rires et larmes.Meme quant tu ne dis rien,tu te fais quant meme agresser par des males dominants.Je te rassure,le romantisme à la parisienne n'est pas mieux non plus:"T'a vu la meuf,elle est bonne"!P.S.La Communauté Ivoirienne de Marseille vont etre contents de t'avoir comme Ambassadrice du Tourisme.

pascaline
Répondre

Moi qui misait tout mes espoirs sur la galanterie à la parisienne pour représenter dignement le "romantisme" à la française! Tout est fichu!!!! Mais ce qui est agréable avec l'écriture, c'est que lorsque l'on vit ce genre de situation, au lieu de les subir, on pense déjà au prochain article que l'on va écrire et on en sourit ! Je vais essayer de ne pas décevoir la communauté ivoirienne alors, mais le T-shirt m'en donne la carrure ;)

Yanik
Répondre

Oh cousine, tu danses ou je t'explose ;-))

pascaline
Répondre

Oahhh comment tu parles à ma sœurrr?! Viens avec moi, je vais te fumer, derrière le cyprès! :D https://www.youtube.com/watch?v=7ceNf9qJjgc

Mariette
Répondre

Tu as passé une sacré journée Pascaline. Je ne cesserai de le dire, le charme a disparu de leurs âmes...

pascaline
Répondre

C'est joliment dit! Mais désormais, lorsque je subirais ce genre de situation, je me dirais la même chose :)

Serge
Répondre

Je continue donc de découvrir ton charmant voisinage... ;)

Limoune
Répondre

C'est mignon : Sheherazade à Marseille. Un conte moderne si seulement tu avais accepté cette invitation ;)

pascaline
Répondre

Mais l'histoire devait rester mignonne, donc...non! :p