Quand le jazz s’invite à ma porte

Article : Quand le jazz s’invite à ma porte
Crédit:
25 juillet 2013

Quand le jazz s’invite à ma porte

577160_640121442665789_715376184_n

Lorsque je m’éloigne de la mer, c’est le plus souvent pour un retour aux sources, dans ma région d’origine. Et je ne manquerai pour rien au monde le festival de Jazz où j’ai passé mes premiers concerts, il y a quelques années de ça, dans le théâtre antique de Vienne. Non, ce n’est pas de la capitale autrichienne dont je parle, mais une charmante petite bourgade entre Lyon et Valence, en France, qui organise chaque année un festival de Jazz désormais reconnu mondialement.

 Ainsi, j’ai appris que le grand Miles Davis avait foulé la scène du théâtre antique en 1991, à ma grande surprise : Miles Davis chez moi ? Je n’en croyait pas mes oreilles ! Et l’édition de cette année nous promettait bien des surprises, avec des grands noms tels que Santana, Chucho Valdes et Buika ou encore Ben Harper. Il y avait même comme surprise, la venue de Rodriguez, ce chanteur de Détroit (USA) devenu symbole de toute une génération anti-apartheid en Afrique du Sud alors qu’il ne le savait même pas. Il est depuis devenu septuagénaire, héros d’un film, « Sugarman » et a fait de nombreuses tournées notamment en Afrique du Sud.

https://soundcloud.com/legacyrecordings/rodriguez-sugar-man

Je me suis donc laissée embarquer dans le swing du jazz à Vienne du 28 juin au 13 juillet. Imaginez un peu mon étonnement, lorsque j’ai entendu le jazzman reconnu Marcus Miller, qui a justement longtemps collaboré avec Miles Davis et depuis à fait son bout de chemin, me parler de Gorée et de la maison des esclaves où j’étais il y a quelques mois, avec mes camarades de Mondoblog. Pour la petite histoire, Barack Obama y était aussi il y a quelques temps.

Marcus Miller « petit génie de Brooklyn », à dédié une chanson à l’Ile de Gorée, pour y exprimer la tristesse et le malaise qu’il à ressenti dans cette « maison », devant la porte du voyage sans retour. Mais cette chanson, disait-il, voulait aussi exprimer la capacité des hommes à transformer quelque chose d’incroyablement triste et horrible, en une chose aussi magnifique que le jazz ! Il disait que cette porte symbolise la fin du voyage pour tous ces africains qui y sont passés, esclaves emmenés de force vers les Amériques, et le début d’un autre voyage pour tous les afro-américains, dont il fait parti. Je n’avais jamais vu les choses de cette façon. Je suis donc allé me pencher sur l’histoire du jazz pour comprendre tout le sens de son propos, et je n’ai pu m’empêcher de me demander si Barack Obama avait eu le même sentiment en passant cette porte.

L’histoire nous ramène à La Nouvelle Orléans, dans l’état américain de la Louisiane, dont je sais peu de choses sinon qu’il fut autrefois francophone et que ses maisons coloniales blanches aux hautes colonnes ornent les rues. Dans cet Etat du Sud, un événement marqua l’histoire de cette musique : l’adoption et le durcissement dans les années 1890 des lois ségrégationnistes, séparant les noirs des blancs, et interdisant aux musiciens noirs de jouer aux côtés des blancs. Les professionnels jouèrent alors dans des fanfares et orchestres noirs, comme si la musique avait une seule couleur et le passé une seule douleur… Mais Marcus Miller l’a bien dit, il est ressorti de ces périodes sombres de notre histoire, une chose positive. Le jazz à été influencé par cette histoire, de la période de l’esclavage, des champs de coton, et leurs chants de travail, à celle de l’exode rurale de ces populations noires fin 19 ème siècle, qui fera évoluer le blues et avec ça le jazz qui y tire son essence.

J’ai continué mon périple à travers la musique, à la manière de Soro et Vladimir dans l’Afrique enchantée. Je me suis donc arrêté en Californie, avec Marcus Miller qui m’a fait découvrir le jazz et a redonné à la basse ses lettres de noblesse. Puis j’ai voyagé entre Los Angeles, l’Espagne (Denia) et Lagos, avec Keziah Jones. J’ai aussi traversé un pont entre la France et le Liban, avec le trompettiste Ibrahim Maalouf, connu pour son mélange des genres entre Jazz, musique traditionnelle, rock, slam, funk et même métal. Il nous a offert ici une prestation plus classique, en écho à son album Wind, conçu comme une œuvre cinématographique. Il est aussi venu nous prouver par A+B sa profonde admiration pour Miles Davis et pour le film dramatique dont il a composé la musique, « Assenseur pour l’échafaud » de Louis Malle. Pari réussi, on a eu envie d’aller voir le film.

Enfin, dans mon voyage vers les Amériques, je suis allée jusqu’à Cuba pour écouter les mélodies chantantes de l’orchestre du Buena Vista Social Club. J’y ai ressenti l’ambiance des clubs de la Havane des années 40, où le chant, la danse, et la sensualité sont les maîtres mots, où tout le monde se laisse emporter par les rythmiques endiablées, et où la beauté n’a pas d’âge. Ainsi, mon regard s’est arrêté sur Omara Portuondo, 83 printemps cette année et qui à fait de cette soirée, un moment de grâce.

https://soundcloud.com/world-circuit-records/buena-vista-social-club

 Le jazz à Vienne aura été cette année remplie de belle histoires, derrière ses talentueux musiciens, et m’aura rendu fière de ma région, pouvant accueillir les plus grands spécialistes d’une musique centenaire.

Duo Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo, accompagnés au piano par Roberto Fonseca

Partagez

Commentaires

serge
Répondre

super, super, super... en fait Gorée de Marcus Miller est tiré de son album "Rennaissance", il été au festival de Montreux je crois. Tu sais, je me demande bien ce que fait Ben Hrper dans un festival de Jazz... :) mais bon, cela arrive souvent.
en parlant d'esclavage, la chanson phare de cette époque de souffrance c'est bien entendu "strange fruits" de Billie Holiday, ma préférée.
Omar Sosa vient de sortir un album tribute pour Miles...

merci pour ce beau texte

pascaline
Répondre

Je pense qu'ils ont mis Ben Harper pour diversifier un peu le public, car lorsqu'on n'est pas connaisseur, il faut parfois des heureux hasards pour nous amener jusqu'à Marcus Miller. Et d'autres artistes sont peu être moins accessibles... "Strange fruits", cette chanson est très belle, mais il parait que Billie Holiday a eu de gros ennuies à cause de ça... Je crois même qu'elle a été censuré longtemps.

serge
Répondre

oui oui, elle a eu pas mal de soucis pour ça. c'était comme défier le KKK...
en tout cas beau billet

Dave
Répondre

Magnifique article sur le Jazz, merci pour toutes ces découvertes !
Ça me rappelle la semaine que je viens de passer au Montreux Jazz Festival, en Suisse.
Tout simplement magique.
En ce qui concerne Ben Harper au Montreux Jazz, le festival n'est plus axé "exclusivement jazz" comme il a pu l'être dans le temps puisqu'on y trouve des scènes electro, rock, hard rock etc.
google

Nico
Répondre

Le jazz n'est plus ce qu'il était. Ou pas...

Nathalie
Répondre

Très beau billet, merci.

Serge
Répondre

je suis d'accord avec Nico et Dave... Mais y a tout de même bcp de bonnes choses à Montreux.

aurora
Répondre

Mes oreilles te crient MERCI !!!