Petit traité de vie Siwie à destination des trappeurs en herbe

Article : Petit traité de vie Siwie à destination des trappeurs en herbe
3 novembre 2012

Petit traité de vie Siwie à destination des trappeurs en herbe

« Tuc-tuc » de Siwa, carriole tractée par une moto ou un âne
Crédit photo : Pascaline

Quoi de plus passionnant pour découvrir une autre culture, que d’être immergée dans celle-ci aux côtés de personnes presque aussi étrangères à cette nouvelle culture qu’à la vôtre ? Voici un pari, pour découvrir l’Oasis de Siwa, petit havre de paix pour ses habitants aux modes de vie et aux mœurs qui leurs sont propres.

Vous apprendrez peut-être, en premier lieu sur vous même et votre culture d’appartenance, aussi sur vos compagnons de route, et enfin sur vos hôtes.

Prenez un groupe de jeunes égyptiens alexandrins, citadins aguerris et fêtards invétérés, en particulier lors d’un week-end loin de la famille et « entre djeuns ». Ajouter y une touche d’exotisme, un grain de tradition, et une pincée de modernité, et vous en retiendrez un certain nombre de principes, dans le but d’adapter votre mode de vie de backpacker à la vie de votre nouvelle communauté.

 La première règle que vous ferez vôtre, sera de toujours rester humble en toutes circonstances (même lorsque l’on vous offrira à boire, à manger, ou que l’on vous saluera comme une star hollywoodienne). Il faudra aussi ne pas avoir peur du ridicule, que ce soit pour esquisser quelques mots d’arabe, d’anglais ou d’espéranto (langue internationale inventé dans les années 1980 qui n’a jamais été vraiment utilisé).

Crédit photo : Pascaline

Vous apprendrez aussi à prendre la pose pour des photos des plus kitches devant les couchers de soleil, les dunes du désert ou encore les bains de Cléopâtre à l’eau un peu trouble, mais qui vous fera, d’après les dires, une peau de princesse ! Dans même esprit, vous comprendrez qu’en toutes circonstances, il vous faudra rester apprêtée et pomponnée, car on ne lésine pas avec les apparences ! Vous vous prendrez tour à tour pour un bédouin du désert dans les dunes ou, pour une princesse des Milles et unes Nuits avec les foulards, couvertures et tapis brodés selon la tradition ; broderies qui seront plus ou moins abondantes selon la richesse de la propriétaire. Enfin, vous vous déhancherez au son des musiques traditionnelles chantées en Siwie (langue locale), au coin du feu de camp en fumant la shisha et en buvant du « Zarda », thé traditionnel de Siwa : bien meilleur que le fameux thé Lipton, en vigueur dans tout le pays, il faut bien le dire.

Non, vraiment, la vie à Siwa pour le voyageur est dure et semée d’embûches ! Certes, vous pouvez vous faire attaquer par des moustiques ou, pire attraper une tourista après un abus de mangue fraîche… Mais ces quelques petits désagréments ne vous feront pas oublier une fois revenu à la vie citadine, l’atmosphère si particulière de cette oasis, qui vous permettra de rentrer infiniment serein et détendus. Et cela vaut milles fois le meilleur anti-stress du monde !

Tissus brodés des femmes de Siwa
Crédit photo : Pascaline

 Finalement, qu’est ce que la culture et où en sont les limites ? Il existe une tradition à part entière dans l’oasis de Siwa, à la frontière entre l’Egypte et la Lybie. Le pays, les régions et les populations sont construits de plusieurs cultures, qui façonnent leur(s) identité(s), qui peuvent être multiples. On peut-être égyptien, jeune, et Siwie ou Alexandrin, par exemple, et cela n’a pas la même signification, puisque l’une des cultures prend le pas sur les autres. On découvre alors deux « mondes » à part entière  dans un même pays.

Partagez

Commentaires

gratiano
Répondre

hmmm! impatient de découvrir la suite

alda & momo
Répondre

A déguster aussi à Siwa, un plat typique de cet oasis berbère : le couscous !